Introduction à l’agriculture durable

Extraits du Texte introductif à l’agriculture durable (Vilain L., Zahm F., 2005)

« Le concept d’agriculture durable est dérivé du concept de développement durable. Il repose sur les mêmes postulats et objectifs de départ puisqu’il prétend concilier développement économique et social avec gestion rationnelle et prudente des ressources naturelles. […]

Au plan théorique, [l’agriculture durable] subit également de nombreuses critiques fondées sur une remise en cause du concept de développement lui-même. En effet, comme aucun développement ne peut perdurer indéfiniment sur une planète aux ressources limitées, aucun développement ne peut être durable et ce vocable, utilisé abusivement par beaucoup, est perçu au mieux comme une nouvelle utopie et au pire comme un simple slogan publicitaire. La décroissance soutenable aujourd’hui proposée comme une alternative crédible au développement durable, démontre qu’il est effectivement impossible de consommer chaque jour davantage d’énergie, de ressources naturelles et d’espace, même au nom du développement, et qu’il est essentiel au contraire de réduire au plus vite nos besoins. […]

Sur la question du long terme, les concepts de développement durable et de décroissance soutenable ne sont donc pas antagonistes mais plutôt complémentaires. Réduire nos gaspillages et limiter notre consommation est en effet une condition fondamentale d’un véritable développement. Mais qu’est-ce qu’un véritable développement ? »…

Texte introductif à l’agriculture durable (Vilain, 2005)

La durabilité forte d’IDEA

La méthode IDEA est fondée sur le principe de la durabilité forte, où  il n’y a pas de substituabilité entre capitaux naturels et autres formes de capitaux (Boutaud, 2005).

Dans cette approche écosystémique, les problèmes sociaux et les problèmes environnementaux ne peuvent pas être réglés par
la mise en place d’instruments économiques (taxation, subventions, quotas) et par le progrès technique.

Cette vision implique une refonte profonde de la filière (intrants, aval, évolution techniques), une mise sur une nouvelle relation avec le consommateur qui s’engage dans la production. La dimension sociétale est fortement centrée sur l’alimentation. La méthode IDEA s’inscrit dans la paradigme de l’agroécologie forte.

 

Le Conseil Scientifique d’IDEA a réalisé un travail bibliographique conséquent en 2015 proposant un état de l’art des définitions clées (agriculture durable, exploitation agricole durable). Cet article est disponible ici.

Fermer le menu